Swindon Artist
Swindon Artist

Des idées pour la gravure en lino

Derrière chaque œuvre d’art se cache toute une histoire personnelle de l’artiste qui réfléchit, et qui fait des choix. Nombreuses sont les idées qui n’aboutissent à rien, mais il y a de ces étincelles qu’on poursuit jusqu’au but, et ce n’est que celles-là que l’on admirera dans l’avenir.

J’ai récemment eu le plaisir d’assister à un séminaire au Musée de Swindon où j’ai découvert l’œuvre de Sybil Andrews. Issue de l’Ecole Grosvenor à Londres où l’on a encouragé les élèves à chercher le dynamisme dans ses compositions, Andrews a beaucoup contribué au développement de la gravure en lino.

Tout commence avec des croquis, et Andrews a parcouru la capitale avec son cahier d’esquisses à la recherche de ses motifs. Chez elle, on retrouve des lignes diagonales qui animent ses compositions avec un coup de vitesse, de dynamisme. On y voit l’influence de plusieurs mouvements d’art européens de l’époque, notamment le vorticisme anglais, le cubisme français et le futurisme italien.

Le dialogue entre artistes continue à ce jour, et je m’inspire de tout ce qu’Andrews et ses contemporains on pu faire avec le lino, matériel plutôt humble, à l’époque. Je me sens très attiré par la simplicité de ce matériel ainsi que par l’aspect graphique de l’image qui en résulte. Moi aussi je prends des cahiers de croquis comme point de départ et je recherche des gestes, des formes ou d’autres idées qui m’aideront à développer des compositions intéressantes.